en transit vers Flores

3.12.2011

L’Arrivée sur Florès.

J’ai pu avoir un vol avec Wings Air-Lion Air pour Florès. La mauvaise réputation de cette compagnie semble appartenir au passé et le vol Den Pasar- Maumere (maoumèreu, sans accent sur la fin…) se faisait en ATR72-500, un turboprop, flambant neuf – à  peine déballé…

Le nom actuel de l’île vient des portugais, subjugués par sa richesse florale, pourtant réputée d’être la plus sèche de l’archipel indonésien.

Maumere est une petite ville portuaire à l’extrême est de Florès , juste avant le Timor. L’accueil à l’aéroport était étonnamment cordial et je n’arrêtais pas de serrer des mains des badauds à la sortie du petit aéroport.

Par hasard, je suis tombé sur Teddy, le gars qui représente l’hôtel de mon choix  : le Gardena. Ça  tombait bien et j’étais tout de suite logé.

Teddy fait également guide et j’ai aussitôt profité de ses services  : une traversée de l’île d’est en ouest, terminant à Labuan Bajo. Ce sera le point de départ pour la visite de Komodo et Rinca, les repaires des fameux dragons.

Il était temps d’aller manger un petit bout  : du poisson au «  Golden Fish  » au-dessus du port, très renommé et assez cher, mais une préparation complètement raté.

De retour à l’hôtel, une embuscade montée par l’équipe de l’hôtel m’attendait  : principalement on buvait de l’arrak et goûtait de la racine de kassava, d’un goût proche de la banane plantain, et du poisson grillé. L’amabilité des «  indigènes  » était tout à fait exceptionnelle. Ai-je éventuellement bu trop d’arrak  ? En tout cas, au lendemain tout allait bien  : bon produit naturel…

4.12.2011

Maumere

Petit déjeuner et puis une petite exploration du vieux quartier du port. Là, j’ai enfin déniché en fin de matinée «  Le vrai  » restaurant à fruits de mer. Clientèle ouvrière, pas de chichis et des plats délicieux  ! Le Ruma Makan Jakarta est top sans faire de l’esbrouffe  !

Je me suis donné du courage pour le chemin du retour  : du poulpe en sauce diablement relevée.

L’après-midi, je suis allé me baigner, guidé par Ryan – lui, ne sait pas nager en vrai marin…

plage noire près Maumere

la montagne derrière la plage

fleurs sur la plage

Le soir, j’essaye un plat de crevettes au Jakarta  : un poème.

Théoriquement on devait faire une soirée bien sage en goûtant des fruits avec l’équipe de l’hôtel. Mais une fête de fin d’année universitaire a fait des ravages parmi les troupes. A une bouteille d’arrak par personne, ça fait mal. Moi-même, j’ai évité de mettre les pieds dans ce piège. J’ai tout de même pas fermé l’oeil une bonne partie de la nuit. Ces gars faisaient du bruit…

Je ne peux qu’espérer que Teddy et le chauffeur, Ferry, vont émerger à temps demain matin pour prendre la route…

5.12.2011

vers l’ouest

Nous décollons vers 9h30, pas vraiment tôt mais largement en temps considérant le programme d’aujourd’hui.

Dans les environs de Maumere, nous nous arrêtons à Wuring, un village de pêcheurs sur pilotis. Ce village ne doit pas voir beaucoup de visteurs et donne l’impression d’être totalement en équilibre et dans son jus.

une joyeuse bande

village de pêcheurs

en bout du quai

un "dugout" en réparation

Et on poursuit notre chemin pour s’arrêter dans un tout petit village de l’éthnie Sikka doté d’une belle église portugaise, toute en bois. Il faut noter que la population de Florès est à plus de 90% catholique, ce qui fait un contraste avec le reste de l’Inndonésie.

une bien jolie église

Nous buvons un thé et admirons les tissus Ikat de la fabrication locale  ?.

Nous longeons maintenant le bord de mer et nous arrêtons à un petit warung dans le village de Paga pour déjeuner. Ici on est sur une immense plage blonde. Comme toujours  : poisson, riz et fruits de la forêt, de minuscules mangues délicieuses par exemple.

Maintenant, nous attaquons sérieusement la montagne. Il y a des panoramas à couper  le souffle, toujours avec quelques vues sur la mer d’un bleu sombre.

L’étape de cette journée est Moni  : bien bordée dans sa vallée. Il y a de l’eau grâce au torrent et, ici, on profite pour cultiver du riz sur de toutes petites terrasses.

Publicités

objectif Indonésie

29.11.2011

Ça y est  !

Mon voyage à Bali, quasiment en une seule traite, s’est très bien passé. Le vol Orly- Kuala Lumpur était en Airbus 340, un modèle récent qui, au point de vue confort n’ pas grand-chose à envier à son grand frère le «  A380  »  : stable et silencieux.

Après 3h – juste assez pour récupérer ma valise, repasser les contrôles d’embarquement et un petit déjeuner – j’embarque sur mon dernier vol de cette phase «  d’approche  » pour Bali. Bien sûr, le petit A320 me semble tout étriqué par rapport au grand frère, mais le confort y est…

Denpasar Ngura Rai est en travaux, les déplacements à pied interminables, le décalage horaire et la chaleur ( un petit 35° et un soleil étincelant) commencent à se faire sentir. Je suis donc content de trouver un petit B+B dans un coin plutôt calme de Kuta (Bunut gardens).

Un petit somme pour calmer les nerfs et je me trouve d’attaque pour dénicher un vol Denpasar- Maumere, Florès. Comme je craignais, pas de vol le 1.12, mais le lendemain, le 2.12. Voilà, tout est arrangé (et payé). A nous les dragons de Comodo  !.

Je tombe avec contentement dans mon lit et récupère enfin…